• ABDR

Trésorerie en temps de crise : les 10 bonnes pratiques


Trésorerie en temps de crise : les 10 bonnes pratiques
Trésorerie en temps de crise : les 10 bonnes pratiques

Une gestion maîtrisée de la trésorerie en temps de crise conditionne de toute évidence la résistance de l’entreprise et sa capacité à saisir les opportunités de rebond. Vous êtes au passage 63 % à regarder la crise comme « l’occasion des saisir des opportunités pour votre entreprise¹. »

En effet, entre les charges incompressibles, les clients timorés et les surcoûts pour maintenir à flot la supply chain, la disponibilité du cash doit être surveillée comme le lait sur le feu. C’est pourquoi la gestion de trésorerie en temps de crise réclame de pouvoir s’appuyer sur une boîte à outils très complète.

Les 10 bonnes pratiques de la gestion de trésorerie en temps de crise se répartissent en 4 familles :

  • L’accélération de la rentrée du cash

  • La réduction des charges

  • La maîtrise des coûts

  • Le bénéfice de financements additionnels


Les bonnes pratiques de la trésorerie en temps de crise pour accélérer la rentrée du cash


Réduire les délais de paiement

Même si le dépassement des échéances de paiement par les clients n’est pas une spécificité du temps de crise, le risque que certains de vos clients utilisent le paiement de vos factures comme une variable d’ajustement est un risque avéré.

Vous doter d’une procédure scénarisée et précisément pilotée de recouvrement est d’autant plus une nécessité.


Accélérer le règlement des créances clients

À côté d’un protocole de recouvrement rigoureux, vous avez deux possibilités pour accélérer le règlement de vos clients, moyennant un coût :

  • Proposer un escompte en échange d’un paiement comptant

  • Recourir à l’affacturage, en cédant une partie de vos créances clients à un organisme financier qui vous les règle aussitôt


Les bonnes pratiques de la trésorerie en temps de crise pour maîtriser les coûts


Prioriser les coûts fixes

Si votre niveau d’activité baisse, la pression des coûts fixes sur votre trésorerie peut devenir insupportable. C’est pourquoi la priorité est de desserrer le carcan.

Plusieurs solutions, cumulatives, s’offrent à vous :

  • Renoncer à certaines prestations qu’il est possible de suspendre

  • Renégocier certains tarifs, ou en tout cas essayer d’obtenir un étalement des échéances, par exemple en passant de trimestrielles voire semestrielles d’avance à mensuelles


Analyser les coûts variables

Les coûts variables agissent directement sur la qualité de vos prestations ou des biens que vous fabriquez. Votre marge de manœuvre est donc très réduite pour les faire baisser a priori.

Pour autant, la période peut vous inciter à remettre en cause votre modèle économique ou tout au moins à procéder à une analyse de la valeur sur quelques productions ou prestations phares. Il peut être alors judicieux de revoir à la baisse des coûts variables qui tout bien pesé ont un impact négligeable sur le ressenti client.



Optimiser la gestion des stocks

Les stocks induisent deux types de coûts :

  • La trésorerie immobilisée, correspondant à la valeur des biens stockés

  • Les frais techniques de stockage, variables en fonction de la nature des biens : bâtiment, électricité, gardiennage, conditionnement d’air